Observatoire PACA – fiches
21 juillet 2018

Observatoire virtuel du paysage de la Région Provence – Alpes – Côte-d’Azur. 2007 – 2008

Exemple des protocole de travail / fiches type

L’élaboration de l’observatoire photographique des paysages de la Région Provence – Alpes – Côte d’Azur s’inscrit dans la continuité d’une politique régionale en faveur de la mise en valeur des paysages en tant que cadre de vie de qualité et patrimoine culturel hérité des générations passées, mais aussi comme source de l’attractivité du territoire.
S’appuyant sur le travail réalisé dans le cadre du projet européen PAYS.DOC, il s’agit de créer un outil de sensibilisation et de suivi des paysages en partant d’un regard critique sur 50 sites, préidentifiés en fonction de leur valeur patrimoniale, représentatifs à la fois de la diversité des paysages de la Région et de la diversité des enjeux.

L’issue du projet est une découverte des paysages contemporains de la Région. Le travail réunit dans un même corpus d’images des paysages quotidiens et des paysages d’exception, souvent entremêlés, des aménagements modernes se juxtaposant aux éléments patrimoniaux et patrimonialisés. Notre parti pris photographique a consisté à se situer «dans le paysage», en intégrant un premier plan évoquant un élément clef voire l’enjeu majeur du site, afin de réunir les différentes couches d’informations et d’interprétations dans l’image photographique, tout en évitant volontairement des perspectives panoramiques. La prise de vue est réalisée à hauteur d’homme et l’angle de champ, équivalent à une focale de 50 mm, est proche de celui de la perception humaine classique.

Dans leur fonction d’observatoire, les photographies de références sont appelées à être reconduites.
Réalisées entre août 2007 et octobre 2008, elles «enregistrent» l’état du paysage aux moments des prises de vue.
Pour certains sites, les photographies captent les mutations en cours lors de la prise de vue, et le lecteur devinera que ces sites-là ont déjà dû évoluer depuis. C’est le cas des sites qui sont en cours d’aménagement, à l’instar de la moyenne vallée de la Durance à Manosque, d’un rond-point à Sophia Antipolis ou encore de la LEO (TGV) au niveau de la confluence Durance – Rhône …
Sur les sites de projet, les photographies saisissent le «moment avant». En «attente», la mutation est imminente ; à l’exemple de la RN7 à Saint-Cannat, du littoral des Saintes-Maires-de-la-Mer, des cabanes de la plage de Beauduc. Pour d’autres, les photographies témoignent des paysages emblématiques qui semblent parfois immuables., comme les plaines et plateaux agricoles, mais aussi des sites patrimonialisés.

L’ensemble des photographies de l’observatoire est présenté ici selon un itinéraire qui, en partant de la plaine du Var, longe le littoral, traverse les plaines avant de monter dans la moyenne et haute montagne, pour «fermer la boucle» avec le Col de la Bonette, au-dessus des sources de la Tinée. Les photographies de références sont accompagnées d’un travail d’analyse du territoire, qui se veut complémentaire sans livrer une interprétation littérale
des photographies : un descriptif géographique identifiant les sites, un regard sensible décrivant les fondements des paysages et un résumé décryptant les enjeux. Rassemblé sous forme de fiches synthétiques, ce diagnostic est complété par des informations techniques précises et une carte localisant la prise de vue facilitant la reconduction photographique.

Un deuxième volet a exploré l’iconographie contemporaine des paysages de la Région. Nous nous sommes intéressés autant à l’utilisation des images des paysages dans les différents médias, notamment ceux employés et diffusés par les collectivités territoriales, qu’à la mise en scène des sites et aux aménagements paysagers qui participent à leur tour à la création de paysages. Cette réflexion sur les représentations des paysages régionaux s ‘est révèlée riche d’enseignements sur le rapport que notre société entretient avec l’environnement, dont le paysage constitue une dimension clef, car culturelle. Fruit d’une analyse sensible et d’un travail esthétique, nous souhaitons que l’observatoire permette d’attirer le regard sur la beauté et la fragilité des paysages.

Collaboration avec l’équipe de l’agence Nemis / Philippe Cadoret, Mireille Rouche, Jenny Löffelholz.